Kenzo, la griffe du créateur

Kenzo, la griffe du créateur

Publié le Vendredi, 22 Juillet 2016

Installé au cœur du quartier du luxe, le Buddha-Bar Hotel Paris voisine les plus grandes marques de mode, que l'on retrouvent tout au long de la toute proche rue du Faubourg Saint-Honoré de même que sur la place Vendôme, haut lieu de la joaillerie. Et pour se mettre au diapason de l'été, focus sur un créateur éternellement jeune et haut en couleurs, Kenzo Takada, plus connu sous le nom de Kenzo tout court.

 

De Himeji à Paris


C'est tout près du château d'Himeji, considéré comme l'un des trésors culturels du Japon et classé au patrimoine Mondial de l'UNESCO que Kenzo Takada vit le jour en 1939. Passionné de mode, il quitte l'université pour s'inscrire au Tokyo's Bunka Fashion College avant de rejoindre Paris en 1964. Il travaille alors comme styliste avant de présenter en 1970 son premier défilé. La même année, il ouvre sa première boutique passage Choiseul. L'aventure peut commencer. 

 

Un style bien à lui


Cotonnades japonaises, couleurs vives, motifs floraux, formes amples et déstructurées, le styliste intrigue dès ses premières créations. Le succès est tout de suite au rendez-vous. Paris, Tokyo, New York, les défilés se succèdent, de même que les "unes" des plus importantes revues de mode. En 1976, il ouvre boutique et studio place des Victoires. Inépuisable, le créateur lance sa ligne pour hommes en 1983, avant d'imposer sa griffe dans le monde du parfum avec Kenzo, Parfum d'été ou encore Flower. En 1995, il dessine pour la prestigieuse marque Baccarat chandeliers, vases et lustres d'une lumineuse sobriété. Envie d'aller admirer quelques-unes des dernières créations du couturier du Soleil Levant ? Rendez-vous place de la Madeleine. Vous y trouverez une boutique Kenzo... Et bien d'autres merveilles ! En fin de journée, les créations culinaires autour des saveurs de l’Orient et de l’Occident du restaurant le Vraymonde au Buddha-Bar Hotel Paris, seront les plus belles touches finales pour tous les adeptes de haute couture. 

Retour aux articles »